Abus sexuels dans l’Eglise : Les évêques suisses demandent pardon à genoux

« Des profondeurs je crie vers toi Seigneur! » Entonné par les évêques suisses à genoux, le psaume a rempli le 5 décembre 2016 la basilique de Notre-Dame de Valère, à Sion, en signe de repentance pour les abus sexuels commis dans l’Eglise catholique.

« A la demande expresse du pape François, nous avons voulu, comme Conférence épiscopale, organiser ce temps commun de prière pour toutes les victimes d’abus sexuel dans le cadre du ministère », a expliqué Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion.

« Depuis des siècles des hommes et des femmes sont montés à Valère, confiants qu’ici haut, ils pouvaient déposer ce qu’ils avaient sur le cœur. » Sous les voûtes de la basilique de Valère, les évêques suisses ont voulu « prêter leur voix et leurs larmes », aux victimes de « l’innommable violence qui a bouleversé et parfois même détruit leur vie », pour faire monter vers Dieu le cri de leur souffrance.

Les évêques ont dit aussi à Dieu « combien nous sommes tristes et peinés de savoir que certains de nos frères et sœurs en humanité ont pu avoir des comportements aussi odieux. » Le chant du psaume 50 « Pitié pour moi mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché » a exprimé la repentance.

La petite foule réunie à Valère formée de délégations des diocèses et congrégations religieuses de Suisse ainsi que de victimes, restées pour la circonstance anonymes, a prié pour que les abus sexuels ne soient plus jamais « cachés sous le tapis ». Pour que les victimes « qui ont été cassées et n’ont plus retrouvé la force de vivre », ressentent la miséricorde de Dieu.

Les évêques ont voulu aussi avoir une pensée particulière pour les victimes d’abus sexuels profondément déçues par l’Eglise et ne veulent plus rien en savoir, tout en vivant au plus intime d’elles-mêmes le désir de retrouver un chez soi dans la foi. « Montre-nous comment les approcher sur un chemin d’humble reconnaissance de culpabilité et de rémission. »

C’est à genoux, sur les marches du chœur de la basilique séculaire, que les évêques ont entonné le psaume 129 « Des profondeurs je crie vers toi Seigneur! Ecoute mon appel ! (…) Si tu retiens les fautes Seigneur qui subsistera ? » Chaque évêque a alors déposé sur l’autel un lumignon orné d’une petite étoile.

(avec apic)

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s